Droit au coeur – « Frappe-toi le coeur » d’Amélie Nothomb

En cette rentrée littéraire, je voulais vous parler du nouveau livre d’Amélie Nothomb « Frappe-toi le coeur » qui vient de paraître.

Je n’avais jusqu’à présent jamais lu de livre de l’auteur belge et maintenant que c’est chose faite, je n’ai qu’une hâte, poursuivre ma découverte de cet auteur dont le nouveau roman m’a conquise.

419Sd1zJEaL._SX323_BO1,204,203,200_.jpg
Frappe-toi le coeur, d’Amélie Nothomb, éd. Albin Michel

Résumé  : 

Quatrième de couverture  :

«  Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie  »

Alfred de Musset

Avis  : 

Lorsqu’on veut décider de son envie ou non de lire un livre, la première chose que l’on fait généralement, sauf lorsqu’il s’agit d’auteurs que l’on apprécie et dont on achète les yeux fermés chaque nouveau livre, c’est de lire la quatrième de couverture. La quatrième de couverture nous permet de prendre connaissance de l’histoire, de déterminer si le livre que l’on a entre les mains a des chances ou non de nous plaire. L’on s’y fie beaucoup. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai justement voulu savoir si le futur ouvrage d’Amélie Nothomb « Frappe-toi le cœur » pouvait ou non me plaire et que je me suis rendu compte qu’en guise de résumé, il y avait une citation d’Alfred de Musset  : « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie ».

Je me suis donc laissée tenter par ce livre sans savoir de quoi il retournait.  « Frappe-toi le cœur » est le premier livre que je lis d’Amélie Nothomb et je suis ravie de ne pas m’être arrêtée à cette quatrième de couverture plus que sommaire qui est pourtant très parlante, éloquente et très en accord avec l’histoire lorsque l’on en a pris possession.

Vous comprendrez donc aisément qu’il est difficile pour moi de parler de ce livre sans craindre de vous révéler des éléments qui pourraient amoindrir votre plaisir si vous décidiez de lire comme moi le nouvel Amélie Nothomb. Je ne peux pas parler des sujets traités dans ce livre sans parler un minimum de l’histoire. Je vous en fait donc un résumé très succinct.

« Frappe-toi le cœur » c’est l’histoire de Diane, de la façon dont elle perçoit sa mère, une mère jalouse à l’excès et narcissique, de la façon aussi dont le manque d’amour maternel va façonner sa personnalité.

« Frappe-toi le cœur » traite donc vous l’aurez compris de l’amour et plus particulièrement de l’amour maternel et de l’amour filial. Plusieurs questions sont soulevées par ce dernier livre d’Amélie Nothomb.

Concernant l’amour maternel, les questions se posent ici de savoir si l’amour maternel est inné, s’il peut être entravé par un trait de caractère qui viendrait annihiler l’amour que l’on peut porter à la chair de sa chair tel que la jalousie maladive. L’on se pose également la question de savoir si l’amour que l’on porte à ses enfants est identique, s’il y a t-il des disparités, quelles soient conscientes ou non.

Les questions que l’on se pose quand à l’amour maternel nous poussent aussi ici à nous poser des questions sur l’amour filial. Il est question ici de réciprocité. Un enfant peut-il aimer sa mère alors qu’elle ne lui témoigne aucun affection ? Peut-on se construire sans l’amour de sa mère ? Je ne parle évidemment pas des orphelins de mère qui n’ont d’autre choix que de se passer de cet amour maternel.

Comment combler ce manque  ? Un enfant peut-il y parvenir si d’autres personnes lui témoignent de l’amour  ? Sera-t-il à même d’enfanter à son tour sans reproduire le même schéma  ? Quel enfant, quel adulte devient-on face à cette déficience  ?

Beaucoup de questions qui renvoient à l’impact que peuvent avoir sur toute une existence le manque, l’absence d’amour maternel.

Toutes les questions qui sont soulevées ici l’ont déjà été dans d’autres ouvrages évidemment mais j’ai tout de même été séduite par ce livre car l’histoire qui amène à se poser ces questions est très agréable à lire, très bien construite. Il y a un suspense qui rend cette histoire prenante, l’on veut savoir ce qu’il va advenir des protagonistes, l’on fonde des espoirs pour certains des personnages qui n’ont pas été épargnés par la vie et auxquels l’on souhaite un avenir heureux malgré tout même si l’on sait pertinemment qu’il y aura toujours un manque dans cette existence et que ce manque aura forcément des répercussions.

Le seul bémol réside dans le fait que l’auteur prête à Diane dans sa toute petite enfance une capacité d’analyse des comportements et situations peu convaincante.

« Frappe-toi le coeur » est un roman court mais incisif, un roman émouvant sur les rapports parfois pas toujours évidents qu’enfants et parents entretiennent.

Je tiens à remercier les éditions Albin Michel qui m’ont permis de lire en avant-première ce très bon livre de la rentrée littéraire 2017.

Publicités

2 commentaires

  1. J’avais commencé par son premier, « Hygiène de l’assassin », quelques temps après sa sortie, et cela avait éveillé une immense passion pour la littérature japonaise, à commencer par « Le lac » de Kawabata. Même si Amélie se répète souvent, elle arrive toujours à nous entraîner sur de nouvelles pistes plutôt inattendues.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s