Quand les mythes et la science s’affrontent – « Sharko » de Franck Thilliez

Je voulais vous parler aujourd’hui de « Sharko », le dernier livre de l’un des mes auteurs préférés de thrillers, j’ai nommé Monsieur Franck Thilliez.

41jjSKHkPZL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg
Sharko, de Franck Thilliez, éd. Fleuve éditions

Résumé  : 

Quatrième de couverture  : Eux, c’est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.

Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.

Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

Avis  : 

Franck Thilliez fait partie de mes auteurs de thrillers préférés et est incontestablement passé maître depuis plusieurs années des thrillers que je qualifierais de scientifiques. Il a su année après année mettre ses connaissances scientifiques, son attrait pour ce domaine au service de ses ouvrages avec un renouvellement constant.

C’est avec un plaisir non dissimulé que je me suis jetée sur « Sharko » avec la conviction qu’encore une fois l’auteur saurait me surprendre, me faire peur, me tenir en haleine, m’instruire aussi.

Je vous parlais d’instruction car dans chacun des livres de l’auteur on apprend. Sans s’en rendre compte, sans que cela soit rébarbatif, on apprend, on s’enrichit. Thilliez met à la portée de chacun quelque soit sa formation, son domaine d’expertise certaines données scientifiques, souvent très intéressantes, méconnues du grand public. En outre, l’auteur a cette capacité de faire de ces connaissances, de ces recherches qui lui prennent des mois auprès d’experts aux formations diverses de nous concocter une histoire des plus terribles qui nous fera frémir de peur.

Dans « Sharko », l’auteur ne déroge pas à la règle et nous régale avec une histoire des plus terribles qui fait appel tant aux mythes qu’aux sciences qui parfois les expliquent. Mais Chut, je ne peux pas vous en dire davantage au risque de gâcher votre plaisir.

« Sharko », et vous comprendrez rapidement pourquoi l’auteur a opté pour ce titre aussi simple que significatif, se démarque des précédents opus dans lesquels Henebelle et Sharko apparaissent. Il se démarque par le fait que l’auteur a donné une place de choix à son duo phare, une place que notre duo n’aurait peut-être pas souhaité se voir attribuer certainement mais qui va renforcer les liens qui l’unissent aux lecteurs qui le suivent depuis plusieurs années. Pour ce faire, Thilliez a mis Lucie Henebelle et Franck Sharko au centre de l’enquête, ils ne font pas qu’enquêter, ils font partie intégrante de l’enquête, ils sont l’enquête, du moins en partie.

« Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse.
Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux. »

Dans une cave, complètement isolée, alors qu’elle n’avait pas averti sa hiérarchie, Lucie s’est retrouvée confrontée au propriétaire des lieux au sujet duquel elle comptait mener une enquête officieuse. Contre cet homme qui n’a semble-t-il pas apprécié qu’elle s’introduise chez lui, Lucie n’a pas eu d’autre choix que de le tuer. Désemparée, elle appelle Franck, qui sans connaître les raisons de son intrusion chez cet individu va décider de maquiller la scène de crime pour protéger Lucie, pour protéger leur famille. Ayant connaissance des nombreuses difficultés auxquelles chacun d’eux a dû faire face auparavant, nous ne pouvons ici que nourrir l’espoir tout au long de ces quelques 600 pages qu’ils vont passer entre les mailles du filet car le contraire serait tout bonnement inacceptable.

L’auteur parvient à nous faire nous sentir concernés par les tourments que doivent affronter le couple, à nous faire dire « C’est pas bien tout ce qu’ils ont fait mais quand bien même, on ne veut pas les voir sombrer davantage, pas après ce qu’ils ont enduré. On y croit, ils vont en réchapper ». Par ce que oui, ce n’est pas bien d’avoir maquillé une scène de crime mais bon après tout ce qu’ils ont fait pour sauver leur pays de nombreux désastres, on ne peut quand même pas les mettre derrière les barreaux.

Et l’on sait évidemment que tout ne fonctionnera pas comme prévu, que même avec leur métier ils ne sont pas à l’abri d’un faux pas, d’un oubli qui pourrait leur coûter cher et que s’ils sont tous deux de bons policiers, ils ne sont pas les seuls à l’être.

Henebelle et Sharko parviendront-ils à se sortir de ce guêpier tout en résolvant l’enquête sinueuse dans laquelle ils sont impliqués ? Une seule façon de le savoir, vous ruer chez votre libraire pour vous procurer ce dernier petit bijou signé Franck Thilliez.

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s