Quand l’Histoire s’en mêle – « Les mystères d’Avebury » de Robert Goddard

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre « Les mystères d’Avebury » de Robert Goddard, auteur britannique que je n’avais encore jamais eu l’occasion de découvrir. Maintenant c’est chose faite ! Alors qu’en ai-je pensé ? La réponse après un court résumé.

Résumé  :

Quatrième de couverture  : Été 1981. Alors qu’il attend à la terrasse d’un café, David Umber est témoin d’un fait divers qui va bouleverser son existence. Trois jeunes enfants qui se promenaient avec leur baby-sitter sont victimes d’une terrible agression. Un homme kidnappe Tamsin, deux ans, et s’enfuit à bord de son van. Alors qu’elle essaye de s’interposer, la petite Miranda, sept ans, est percutée par le véhicule. Tout se passe en quelques secondes. David, comme les deux autres témoins de la scène, n’a pas le temps de réagir. À peine peuvent-ils donner une vague description de l’agresseur.

Printemps 2004. Prague. Après une histoire d’amour avortée avec la baby-sitter des enfants, David a tout quitté pour refaire sa vie. Il est contacté par l’inspecteur-chef Sharp, chargé à l’époque de l’enquête. Sharp lui demande de l’accompagner en Angleterre pour essayer de faire enfin toute la lumière sur la disparition de Tamsin. Littéralement hantés par cette affaire, les deux hommes reprennent un à un tous les faits. Bientôt de nouvelles questions se posent sur la configuration des lieux, sur la présence des témoins, sur la personnalité des victimes. Le drame cache en réalité encore bien des secrets.

Avis  :

Tout commence en 1981 à Wiltshire par le kidnapping d’une petite fille de deux ans, Tamsin, qui avait échappé à la vigilance de sa baby-sitter et par la mort de sa sœur aînée, heurtée de plein fouet par le fourgon qui emmenait sa sœur loin d’elle.

Triste histoire dont a été témoin David Umber qui se trouvait attablé dans un pub en attendant qu’un individu qui avait tu son identité vienne lui révéler des informations sur les lettres de Junius, pseudonyme sous lequel elles furent écrites Les lettres politiques au cours du XVIIIème siècle, auxquelles il s’intéresse de très près dans le cadre de sa thèse.

Quelque vingt-trois ans plus tard, nous retrouvons Umber qui semble avoir tiré un trait sur le passé et travaille désormais à Prague comme guide touristique. George Sharp, maintenant retraité, qui avait été à l’époque en charge de l’enquête va se rendre à Prague afin de le persuader de revenir sur les lieux du drame et d’enquêter à ses côtés sur cette affaire faussement résolue à ses yeux. Les conclusions officielles n’ont jamais satisfait l’enquêteur qui ne parvient pas à se convaincre que l’homme qui a été condamné est bien le réel coupable de cette tragédie. Mais au-delà de sa conviction, c’est une lettre que Sharp a reçu, signée Junius qui lui intime l’ordre de rouvrir l’enquête. Junius, le sujet de thèse de Umber  , qui de mieux que lui peut l’aider à résoudre l’enquête  !

David accepte d’aider Sharp dans son enquête car il est doublement impliqué dans cette histoire.  Outre le fait que David a été témoin de ce qui s’est joué le jour où Tamsin a été enlevée et que cela fait de lui un personnage central dans l’histoire, il l’est aussi car il a ensuite épousé par la suite Sally qui n’est autre que la baby-sitter qui gardaient les enfants ce jour-là et qui s’est suicidée récemment.

Ils vont très rapidement se rendre compte que la réouverture même officieuse de l’enquête n’est pas du goût de tout le monde, certains protagonistes vont se montrer on ne peut plus réticents, dissimulant certaines informations qui pourraient les conduire à la vérité.

Très rapidement, les événements vont faire que Umber va se demander si Sally s’est réellement suicidée, si la réalité n’est pas tout autre !

« Les mystères d’Avebury » est un thriller complexe qui combine enquête policière et thriller historique. En cela j’ai apprécié ma lecture car l’auteur parvient avec talent à tisser son intrigue policière sur fond de faits historiques.

Malgré une histoire très bien construite, je n’ai pas été emballée outre mesure par cette histoire. Il m’a manqué un petit quelque chose, l’histoire semblait quelque peu s’essouffler à mesure qu’elle avançait alors que j’aurais parié au début de ma lecture qu’elle m’aurait surprise.

Un bon livre dans l’ensemble qui ne me laissera certes pas un souvenir impérissable mais qui a le mérite de m’avoir fait passer un bon moment de lecture.

Je remercie les éditions Sonatine qui ont eu la gentillesse de me faire parvenir ce livre avant sa parution.

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s