De glace – « Nuit » de Bernard Minier

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de « Nuit », le dernier livre de Bernard Minier, auteur que j’apprécie tout particulièrement, paru il y a quelques semaines.

51cpL4S8hpL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg
Nuit, de Bernard Minier, éd. XO éditions

Résumé  :

Quatrième de couverture  : Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.

Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.

L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.

Au dos, juste un prénom : GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Avis  : 

Ce dernier livre de Bernard Minier je l’attendais depuis une année déjà, depuis que son précédent livre « Une putain d’histoire » est paru et que je l’ai lu avec une pointe de déception.

J’avais hâte de retrouver le commandant Servaz, les rues et lieux de la ville rose qui me sont familiers puisque j’y vis mais surtout ses intrigues complexes, au suspense savamment distillé, ses paysages oppressants qui font qu’on a des sueurs froides.

J’avais donc évidemment pris note de la date exacte de parution de « Nuit », ce nouveau livre au titre aussi court qu’intriguant et c’est donc avec entrain que je me suis ruée le jour J dans ma librairie pour me le procurer.

Et autant vous dire que ce dernier livre m’a franchement déçue et qu’en tant que fervente admiratrice de Bernard Minier, la rédaction de cette critique a été pour le moins difficile.

Dans cet opus, Julian Hirtmann, le tristement célèbre serial killer Suisse est de retour. Servaz retrouve sa trace sur une plate-forme pétrolière située dans les eaux norvégiennes après que l’une des techniciennes y officiant ait été assassinée dans une église.

Alors que la police norvégienne fouille les cabines, une série de photos montrant le même homme est retrouvée dans l’une d’elles. Sauf que voilà, l’occupant de cette cabine manque à l’appel. Cet occupant, c’est Julian Hirtmann et l’individu figurant sur les photos n’est autre que Martin Servaz, commandant à la police judiciaire de Toulouse qui le traque depuis de nombreuses années.

Très affaibli physiquement et psychiquement après une interpellation qui a mal tourné et à l’issue de laquelle il a passé plusieurs jours dans le coma, Martin devra néanmoins reprendre rapidement du service après que l’enquêtrice norvégienne en charge de l’homicide commis dans son pays par le fameux Hirtamann lui ait demandé de lui prêter main forte.

Parmi les photos détenues par Hirtmann dans sa cabine figure aussi celle d’un jeune garçon, un garçon qui se prénommerait Gustav comme le célèbre compositeur aimé communément par Servaz et Hirtmann, Gustav Mahler.

Venons-en donc à la critique à proprement parler. Les cent cinquante premières pages m’ont beaucoup plu avec  cette nouvelle traque qui se profilait entre la Norvège et le sud-ouest de la France, cette possible confrontation entre l’inspecteur français et le serial killer Suisse, confrontation attendue par Servaz et par les lecteurs depuis tant d’années.

Mais c’est là que le bât blesse, passé ces cent cinquante pages le soufflet retombe, l’intrigue s’essouffle et je commence à craindre le pire. Ce sentiment d’essoufflement ne m’aura d’ailleurs plus quittée jusqu’à la fin…

A dire vrai, l’intrigue ne nécessitait pas à mon sens d’être dispatchée sur pas moins de 530 pages. J’ai trouvé que la trop grande distillation de l’intrigue donnait au lecteur un sentiment trompeur de complexité.

« Glacé », « Le cercle » et « N’éteins pas la lumière » étaient tous trois de bons pavés mais jamais en les lisant je ne me suis dit « Mais quels gros pavés, qu’est-ce qu’ils sont longs et lents », or c’est la réflexion que je me suis faite passé ces cent cinquante premières pages.

J’ai eu l’impression que l’auteur était peut être un peu en manque d’idée et que dans sa volonté de continuer ce jeu du chat et de la souris entre ses personnages phares, Servaz et Hirtamann, il avait un peu réutilisé les mêmes ingrédients, une intrigue qui se veut nouvelle mais qui finalement ne l’est pas tant que ça si on y regarde de plus près.

Au passage j’ai quelque peu regretté aussi que les acolytes de Servaz j’ai nommé Vincent Espérandieu et Samia Cheung aient été laissés de côté dans ce tome. Mais bon là c’est un petit bémol, il est vrai qu’ils n’ont jamais occupé une énorme place mais bon quand même j’ai regretté un peu qu’il n’y ait pas une évolution dans leurs relations respectives.

Je tire cependant toujours mon chapeau à Bernard Minier pour sa capacité à donner vie aux paysages, aux lieux dans lesquels il situe ses intrigues, lesquels font d’ailleurs partie intégrante de ses histoires tels des personnages à part entière sans lesquels la saveur ne serait pas la même.

Seule grande réussite à mon sens dans ce quatrième tome des aventures de notre cher Servaz est la fin, une fin qui m’a scotchée grâce à un rebondissement de dernière minute auquel je ne m’étais absolument pas attendue.

Mais voilà, cette fin réussie ne fait pas tout et me voilà déçue pour la seconde fois par l’un de mes auteurs préférés…

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s