Une méprise pour une tragédie – « Au lieu-dit Noir-Etang » de Thomas H. Cook

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un roman qui m’a particulièrement plu signé Thomas H. Cook «  Au lieu-dit Noir-Etang  » que l’on m’avait fortement conseillé et pour lequel l’auteur a reçu le prestigieux Edgar Award.

510djxaodpl-_sx301_bo1204203200_
Au lieu-dit Noir-Etang, de Thomas H. Cook, éd. Points

Résumé  :

Quatrième de couverture  : Dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre, en 1926, le jeune Henry découvre la relation adultérine qu’entretiennent deux de ses professeurs. La solitude de M. Reed, marié et père de famille, l’intrigue; tout comme le fascinent la beauté et le caractère passionné de Mlle Channing. Henry va être le témoin complice et muet de la tragédie qui se noue au lieu maudit appelé Noir-Etang.

Avis: 

Nous sommes en 1926, à Chatham, une petite ville côtière de la Nouvelle-Angleterre. Henry, qui se prend d’affection pour deux de ses professeurs. M. Reed, son professeur de littérature qui représente le pilier qu’il n’a pas su trouver en la personne de son père, Mlle Channing, son professeur d’arts plastiques tout droit venu d’Afrique vient quant à elle souffler un vent d’exotisme et de liberté auxquels il aspire.

Henry sera témoin malgré lui dans un premier temps puis partie prenante, deviendra complice de leurs émois naissants puis de leur passion ardente qu’il voudra voir se concrétiser.

J’ai été happée par cette histoire au suspense habilement maintenu par l’auteur durant les 278 pages que compte ce roman noir qui n’en est pas un à proprement parler mais que l’on pourrait plutôt qualifier à mon sens de roman dramatique/psychologique qui recèle un certain mystère. J’ai été séduite tant par l’histoire, le mystère qui en émanait que par la plume de l’auteur qui se veut en accord avec l’époque à laquelle se déroule les faits. L’on comprend aisément que le très prestigieux Edgar Award ait été décerné à l’auteur pour ce roman.

Ce mystère qui entoure la tragédie du Noir-Etang n’est que prétexte pour parler des entraves à divers degrés et sous toutes les formes auxquelles nous pouvons être confrontés selon le contexte qu’il s’agisse d’entraves morales, d’entraves légales, d’entraves physiques ou bien matérielles. Elles sont même le fil conducteur de ce livre et seront évoquées à plusieurs reprises par l’auteur et ce notamment par le biais de la relation adultérine entretenue par M. Reed et Mlle Channing. Cette histoire étant révélatrice de la perception des choses à cette époque, dans les années 1920. Une époque où les relations adultérines étaient prohibées, fortement sanctionnées par la loi et par l’opinion générale.

Indirectement, les entraves auxquelles doit faire face le jeune Henry, génératrices d’un besoin impérieux de liberté emporteront de nombreuses conséquences dont la méprise d’Henry sur les intentions respectives de ses deux professeurs M. Reed et Mlle Channing. Cette mauvaise compréhension induite par la liberté à laquelle lui-même aspire et qu’il vit par procuration, sera à l’origine de la tragédie qui se nouera au lieu-dit Noir-Etang et que Henry se remémore des années plus tard, tragédie que vous pourrez découvrir en lisant ce roman que je vous conseille vivement.

Pour ma part, je n’en ai pas terminé avec Monsieur Thomas H. Cook. Je compte en effet me plonger très prochainement dans un autre de ses livres intitulé «  Les leçons du mal  ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s