Diabolique – « Deux gouttes d’eau » de Jacques Expert

Après avoir lu et dévoré  « Hortense » qui m’a permis de découvrir un auteur de talent en la personne de Jacques Expert, je me suis empressée de lire dans la foulée « Deux gouttes d’eau » qui m’a tout autant plu et qui m’a donné envie découvrir sa bibliographie complète.

-Expert-Goutte-Exe.jpg
Deux gouttes d’eau, de Jacques Expert, éd. Sonatine

Résumé  :

Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt. Elle se nomme Elodie et a été sauvagement assassinée à coups de hache. Le coupable est rapidement confondu. Il s’appelle Antoine Deloye. Petit-ami de la victime, il a été identifié sur l’enregistrement d’une vidéosurveillance sortant de l’appartement d’Elodie, muni d’une hache.

Placé immédiatement en garde à vue, Antoine se borne à nier les faits accusant son frère jumeau Franck d’avoir mis à profit leur ressemblance pour commettre ce crime et lui nuire.

Le divisionnaire de la police judiciaire chargé d’enquêter sur ce crime odieux, Robert Laforge doit se rendre à l’évidence, leur ressemblance troublante remet tout en question et il va devoir démêler le vrai du faux.

Qui d’Antoine ou de Franck est le véritable coupable  ?

Avis  :

Outre les avis élogieux que j’avais pu lire au sujet de «  Deux gouttes d’eau  », c’est le thème qui y est abordé qui m’a donné envie de lire ce livre, celui de la gémellité. C’est un thème que je trouve propice à l’écriture de thrillers psychologiques (mon genre de prédilection comme avez déjà dû le comprendre). Cette relation particulière qu’entretiennent les jumeaux, essentiellement les jumeaux monozygotes est fascinante. Entre relation fusionnelle et exclusive et dualité extrême, il est bien souvent difficile pour ces êtres qui se ressemblent tant de se trouver en tant qu’être unique et indépendant et d’établir avec son «  double  » une relation saine et harmonieuse. Un Thème que Jacques Expert a à mon sens su exploiter avec brio dans cette histoire tortueuse dans laquelle il parvient à faire fonctionner notre matière grise et à mettre nos nerfs à rude épreuve.

La psychologie des personnages est particulièrement fouillée, la gémellité y est traitée avec beaucoup de soin. On sent que l’auteur a mis son point d’honneur à être fidèle à ce que peut être la vie de vrais jumeaux, les difficultés auxquelles ils peuvent être confrontés ainsi que les déviances propres à ce statut.

J’ai aimé la façon dont Jacques Expert réussit à faire s’insinuer le doute en nous insidieusement au fil des pages. Le coupable tout désigné, Antoine, est-il le véritable coupable  ? Cette enquête est d’autant plus difficile à résoudre, que les jumeaux outre qu’ils se ressemblent comme «  deux gouttes d’eau  » et qu’ils présentent le même ADN sont atteints d’une maladie génétique rare «  l’adermatoglyphie  » qui est caractérisée par l’absence d’empreintes digitales. Cette particularité ajoutera à la complexité de l’affaire puisqu’elle ne permettra pas aux enquêteurs de confondre l’auteur du crime. Pas si facile pour les enquêteurs de répondre de manière formelle à cette question qui en l’état des choses pourrait facilement déboucher sur une erreur judiciaire. Le commissaire divisionnaire Robert Laforge, un homme petit et ventripotent intransigeant envers les autres mais également envers lui-même ne se satisfera pas de la conclusion évidente qui s’impose à lui et s’évertuera à résoudre cette enquête inextricable qui, s’il n’y parvient pas, constituera le premier échec de sa brillante carrière d’enquêteur.

Comme dans «  Hortense  » que j’ai lu précédemment, l’auteur a opté pour une alternance de chapitres, une alternance entre l’enquête et divers flash-back dans lesquels la vie des jumeaux est relatée, de l’annonce de leur future naissance à la période précédant l’assassinat d’Elodie. J’ai beaucoup aimé ces allers-retours par le biais desquels l’auteur a su insérer de manière très judicieuse des indices capables si l’on est attentif de nous faire entrevoir plusieurs issues possibles pour finir par en faire émerger une qui s’imposera d’ailleurs à la fin.

La réponse à la question que l’on se pose tout au long de ce livre ne nous est livrée qu’à la toute fin dans une scène bluffante quasi théâtrale. Une issue à laquelle j’avais songé, plusieurs indices disséminés par l’auteur m’ayant fait penser qu’il pouvait s’agir de cette hypothèse. Je ne dirai bien sûr pas lesquels pour vous laisser le plaisir entier mais soyez attentifs, la clé est sous vos yeux  !

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s