Interview – Lionel Touzellier

_PAT7483-Modifier (1)

Aujourd’hui, je vous propose mes chers lecteurs une interview d’un auteur montpelliérain fort sympathique dont j’ai eu le plaisir de faire la connaissance il y a quelques temps. J’ai nommé Monsieur Lionel Touzellier. Un auteur dont je vous ai parlé récemment que ce soit sur le blog dans le cadre de la chronique de deux de ses livres (L’homme qui voulait rêver sa vie et Apologie de la vengeance) ou bien sur Instagram. Il me tenait à cœur de vous faire connaître plus amplement cet auteur indépendant dont les livres que j’ai pu lire m’ont beaucoup plu tant par leur qualité que par la diversité des registres explorés. 

Bonjour Lionel Touzellier ; pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter  ?

Bonjour Sonia, je suis né dans l’Hérault, à Lodève, je vis à Montpellier depuis plus d’une dizaine d’années et j’ai 37 ans.

Vous venez de publier «  L’homme qui voulait rêver sa vie  », pouvez-vous le présenter aux lecteurs qui ne le connaîtraient pas  ?

Il s’agit d’un livre qui a pour but de véhiculer un message positif. C’est l’histoire d’un rêveur-né qui va être confronté à la dure réalité, ce qui va le conduire à une évolution personnelle. Le tout sur fond d’humour bien sûr, pour que cela reste divertissant.

Comment vous est venue l’idée de ce roman que vous qualifiez vous-même de  feel good ?

L’idée de base était d’écrire une histoire sur un rêveur qui arriverait à diffuser un livre magique (« le livre qui rend heureux »). Et puis, à force de façonner mon scénario et ma trame, c’est devenu « L’homme qui voulait rêver sa vie » car je me suis rendu compte que j’avais envie de traiter d’autres sujets en parallèle …

Dans ce livre, vous portez un regard bienveillant et plein d’espoir sur l’Homme et la société. Utopie ou optimisme  ?

Grande question. LA question. Ma réponse pourrait être différente selon les jours, d’ailleurs (sourire). Indéniablement, j’ai un penchant optimiste, c’est-à-dire que je veux croire que si on arrivait à réunir toutes les conditions pour façonner des êtres humains bons, loyaux et justes (oui, je sais, la formule peut paraître niaise), eh bien une société, quelle qu’elle soit, pourrait fonctionner dans la bienveillance et sans trop d’inégalités. Mais force est de constater que pour l’instant, on n’y est pas parvenu. S’y est-on mal pris ou cela fait-il partie intégrante du processus d’évolution de l’Humanité  ? J’aurais bien une réponse à cette question, mais je ne vais pas la livrer ici, cela fera l’objet d’un roman que j’écrirai prochainement.

La couverture de « L’homme qui voulait rêver sa vie » est particulièrement jolie, poétique, très en adéquation avec l’esprit de votre livre. Comment avez-vous fait pour trouver un illustrateur  ?

Je me suis tourné vers le site Fiverr, qui rassemble de nombreux infographistes proposant aux auteurs de leur fournir une couverture de livre, à des prix très raisonnables. Par contre, c’est moi qui ai choisi le dessin qui figurerait sur la couverture.

« L’homme qui voulait rêver sa vie » n’est pas votre premier ouvrage, vous en avez quelques-uns à votre actif. Pouvez-vous brièvement les présenter  ?

Oui, bien sûr. Mon tout premier roman a été « L’Enquête Invisible » qui traite de l’enquête mystérieuse qu’est l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, où je propose une thèse inédite.

51cuKxcWnqL._AC_US200_.jpg

Ensuite :

  • « Nanopolice » est un thriller sur les techniques de la police de demain.

517gcEK6y-L._AC_US200_

  • « Apologie de la Vengeance » est une enquête policière, où il est question de meurtres mystérieux liés à certaines phobies …

41denk1SNaL

  • « La Chaîne des Possibles », un recueil de nouvelles, différentes et variées.

41JkKVjgk0L._AC_US200_

  • « Je serai Charlie », une nouvelle que j’ai écrite après les attentats de Janvier 2015 à Paris.

41ByEpOQ8qL._AC_US200_

  • « Les Anges de Lucette » est un livre sur l’amitié, entre quatre amis soudés, quatre sexagénaires qui n’hésitent pas une seconde, quand la femme de l’un deux disparaît, à partir à sa recherche. Une aventure sur le ton de l’humour.

51jwTyJyvfL

  • Et mon tout dernier, vous connaissez le titre (sourire) …

51UBAlVbYfL

Un prochain roman est-il en cours d’écriture  ? Si oui, pouvez-vous nous en parler  ?

Oui, plusieurs même. Mais bon, je ne vais pas en parler ici, je vais laisser aux lecteurs le soin de découvrir petit à petit des indices sur ce prochain livre, que je vais progressivement diffuser via les réseaux sociaux.

Je suis pour ma part admirative de la capacité que vous avez à naviguer avec aisance d’un genre à l’autre. Souvent, les auteurs qui s’essayent à plusieurs genres se heurtent à un échec. Pourquoi cette prise de risques  ?

Merci. Je n’ai pas choisi, c’est quelque chose que j’ai eu envie de faire, de m’essayer à plusieurs genres différents (il est certain que ce n’est pas le meilleur moyen pour percer car en général, les lecteurs aiment bien s’intéresser à un auteur pour son genre de prédilection (il n’y a qu’à voir l’exemple de Maxime Chattam qui, récemment, a voulu changer de style et ça n’a pas plu à nombre de ses lecteurs (enfin, de ce que j’ai ouïe dire).

Y-a-t-il un peu de Lionel Touzellier dans vos personnages  ?

Moi, j’aurais tendance à vous dire que non, mais mon entourage a constaté que c’était quand même un peu le cas.

Vous avez opté pour l’auto-édition. Est-ce un choix de votre part  ?

Une obligation. J’avais trouvé, au tout début, une petite maison d’édition, suite à un concours gagné, mais les retombées m’ont beaucoup déçu. J’ai essayé d’approcher quelques grandes maisons d’édition mais je n’ai essuyé que des refus. Alors, vu tout ce qu’on m’avait dit (qu’elles ne lisaient quasiment aucun manuscrit reçu, que ça ne fonctionnait que par piston), je me suis tourné vers l’auto-édition qui permet aux auteurs non connus de toucher malgré tout un certain public.

Lisez-vous vous-même beaucoup  ? Quels genres de livres et quels auteurs appréciez-vous  ?

Je lis peu. Je sais, cela peut paraître bizarre mais c’est le cas. Je n’y peux rien, je préfère écrire.

Un livre qui vous a laissé un souvenir indélébile  ?

Candide, de Voltaire.

Votre cadre de prédilection pour lire  ?

Un endroit où on ressent la présence de la nature (parc, campagne…)

Avez-vous outre l’écriture d’autres passions exprimées ou ajournées  ?

Oui, les voyages, le billard, le poker … sans oublier les rêves.

Je vous laisse le mot de la fin. Que voudriez-vous rajouter  ?

Juste un grand merci à vous, Sonia, pour cette interview autant professionnelle que sympathique.

Je remercie encore Lionel Touzellier de s’être prêté à cette interview 🙂 

Vous pouvez aller faire un petit tour sur le site internet de Lionel Touzellier ou bien encore le suivre sur Instagram ou Facebook.

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s