Un peu de tendresse, beaucoup d’humour et énormément de sagesse – « L’homme qui voulait rêver sa vie » de Lionel Touzellier

Je voulais vous présenter aujourd’hui un livre que j’ai eu la chance de lire avant sa parution: « L’homme qui voulait rêver sa vie » de Lionel Touzellier. Cet auteur montpelliérain que je ne connaissais jusqu’alors pas, a déjà à son actif quelques livres dont entre autres « Apologie de la vengeance » ou bien encore « L’enquête invisible ». S’essayant à des genres divers, il nous offre ici un roman empreint d’humour, de tendresse mais aussi de sagesse.

touzellier_allegee-480
L’homme qui voulait rêver sa vie, de Lionel Touzellier, auto-édition

Résumé :

Né dans une famille d’anciens hippies, Antoine était un enfant rêveur. Bien que très bon élève et doté de grandes facultés intellectuelles, il n’aspirait qu’à s’évader dans des contrées imaginaires. Ce n’est qu’au lycée, qu’Antoine, poussé par un papillon qui ressemblait à une fée à laquelle on prête des pouvoirs extraordinaires, se décida à s’ancrer dans la réalité en choisissant d’intégrer la filière économique. Choix qui de fil en aiguille, lui ferait intégrer les rangs de HEC Paris puis ceux des plus grands traders de la « City » de Londres.

Mais les rêves qu’il avait nourris de venir en aide à ses parents et à sa sœur grâce à l’argent amassé, furent anéantis en une fraction de seconde lorsqu’on lui apprit la mort simultanée de ces derniers au cours d’un tragique accident de la route. Antoine se retrouvera alors plongé dans une infinie tristesse.

Ce n’est qu’après plusieurs tentatives de suicide infructueuses, motivées par un désespoir incommensurable, qu’Antoine porté par des rencontres plus inattendues les unes que les autres, reprendra goût à la vie et aux rêves.

Avis :

J’ai tout d’abord été touchée par l’histoire. L’histoire d’Antoine, cet homme qui se retrouve plongé dans le deuil et quel deuil ! Devenu richissime après des années de labeur dans les hautes sphères de la finance, ce dernier se retrouve en proie au désarroi le plus total comme tout un chacun dans une telle situation, qu’il soit riche ou pauvre, après que ses parents et que sa soeur aient été victimes d’un terrible accident de la route. Une histoire qui nous rappelle aussi que l’argent ne fait pas tout.

Les personnages sont attachants. Antoine tout d’abord, le protagoniste principal. Le deuil auquel il est confronté est touchant. L’on comprend son envie après avoir perdu toute sa petite famille d’en finir avec la vie. L’argent qu’il avait amassé lui étant essentiellement destiné, n’a plus sa vocation. Antoine se retrouve esseulé. Mais on se réjouit de le voir reprendre espoir. Une reprise d’espoir qui passera par des rencontres inattendues. Des rencontres qui nous font découvrir des personnages singuliers auxquels on s’attache également. Chacun est un maillon de l’histoire. Charles tout d’abord, sans lequel Antoine n’aurait sans doute pas su remonter la pente, la réciproque étant vraie. Ce dernier a fait office de catalyseur dans la vie d’Antoine. Son envie de rester en vie est née de cette rencontre fortuite mais n’aurait peut-être pas perduré s’il n’avait pas gagné l’amitié de ses trois futurs acolytes, Alain, Marcel et Eric mais aussi celle d’Amandine et d’André. Comme ils ont su, sans avoir vent de ce qu’il avait enduré, lui redonner goût à la vie, Antoine a lui aussi voulu leur rendre la pareille en leur permettant d’accomplir ce qu’ils voulaient faire et ne pouvaient ou n’arrivaient pas à réaliser. L’histoire sous-jacente que l’on suppose d’amour, née entre Amandine et Antoine de manière imperceptible, agrémente l’ensemble.

Lionel Touzellier a réussi avec succès à faire d’une histoire somme toute assez classique, une histoire rocambolesque véhiculant de la sagesse.

J’ai aimé par ailleurs les titres donnés à chaque chapitre qui donnent sans en révéler la teneur l’envie de savoir ce dont le chapitre va parler. Cela aiguise la curiosité du lecteur. De plus, les titres choisis par l’auteur, le sont joliment à mon goût. Ils reflètent bien le chapitre en question.

La lecture de ce livre m’a fait penser à certaines nouvelles d’Henri Troyat que j’ai pu lire adolescente. Des nouvelles qui racontaient des histoires de vie mais empreintes d’un humour sous-jacent, un humour de situation. Du comique de situation pourrait-on dire. Lionel Touzellier réussit ici à nous fait rire non pas à grand renfort de phrases rigolotes mais par l’insertion de phrases relatant des situations prêtant au sourire.

Une histoire qui prend son temps sans pour autant souffrir de lenteur. Le tempo est juste ! Une histoire qui en ces heures de crise, de violence, fait du bien.

Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce livre que j’ai pris plaisir à lire !

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s