Renaissance – « Le coma des mortels » de Maxime Chattam

Oyez Oyez, OVNI en vue ! Je vous présente aujourd’hui le nouveau livre de Maxime Chattam « Le coma des mortels ». Un roman à des kilomètres de ce à quoi l’un des maîtres incontesté du roman noir nous avait habitués. La quatrième de couverture ne laisse filtrer que très peu d’informations quant à l’histoire, le genre d’histoire dont il peut s’agir et pour cause : ce roman hors-norme est très difficile à condenser. J’ai tout de même essayé de vous en faire un résumé, tout aussi succinct pour ne pas en dévoiler trop, mais quelque peu plus explicite.

DSC03632_reduite
Le coma des mortels, de Maxime Chattam, éd. Albin Michel

Résumé :

Pierre, trentenaire, décide de tirer un trait sur sa vie passée pour s’offrir une nouvelle vie. Cette nouvelle vie qui s’offre à lui ne commence pas très bien car beaucoup de gens autour de lui, meurent. Pierre se dit victime d’une malédiction. Mais sa version des faits est-elle la bonne ? Alors, coupable, maudit ou bien un peu des deux ?

Avis :

Difficile de ranger ce roman dans une case tant il est singulier. Maxime Chattam s’écarte des sentiers battus. Loin des thrillers et autres romans noirs que l’auteur nous propose habituellement, il s’offre et nous offre ici un roman inclassable. Un roman que, je crois, certains adoreront et que d’autres détesteront, lequel ne laissant pas place à mon avis à la demi-mesure. Il s’agit incontestablement d’une prise de risques pour Maxime Chatham. Une histoire dont la structure est somme toute assez originale avec pour commencement la fin de l’histoire et pour fin son commencement.

On se retrouve immergé dans une histoire contée à la première personne par Pierre, personnage atypique qui n’a de cesse de se présenter comme un nouveau-né et qui a décidé de recommencer sa vie de zéro. Ce nouveau-né d’à peine un an au début du livre (fin de notre histoire), découvre la femme qu’il aime morte, son sang tapissant les murs. S’en suivent des chapitres numérotés de manière décroissante (ne l’oublions pas l’histoire commence par la fin et se termine par le commencement) dans lesquels Pierre, soumis à un interrogatoire par les forces de l’ordre va tenter de dissiper les soupçons qui pèsent sur lui. Il va tenter d’expliquer l’inexplicable, la malédiction qui s’est abattue sur lui : les gens autour de lui meurent à un rythme effréné.

On se retrouve happé par cette histoire peu orthodoxe dans laquelle nous lecteurs nous demandons sans cesse de quoi il retourne. Maxime Chattam laisse le doute lentement s’insinuer en nous. Pierre est-il innocent, est-il victime d’un complot ou bien d’une véritable malédiction ?

Maxime Chattam nous propose ici une histoire totalement ahurissante où se mêle cynisme, humour grinçant et loufoque et pensées philosophiques. Un roman servi par une écriture très travaillée, très étudiée et par une description poussée de Pierre. Le suspense est omniprésent, un suspense qui se veut pesant de bout en bout.

Une histoire qui fait partie de celles qui méritent relecture tant elle peut être interprétée différemment à chaque lecture.

A contre courant des très nombreuses critiques qui ont pullulé ces derniers jours sur la toile et qui n’ont pas encensé « Le coma des mortels », j’ai pour ma part apprécié ce nouveau Chattam qui a su se renouveler avec un genre aux antipodes de son style habituel aussi déroutant que dérangeant qui mérite qu’on s’y attarde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s