Un thriller addictif – « De force » de Karine Giebel

Je vous fais part aujourd’hui dans un deuxième article lecture de mon avis sur une de mes dernières lectures. Fervente lectrice de Karine Giebel, j’attendais avec impatience la parution de son dernier thriller « De force » comme beaucoup d’aficionados du genre.

De force de Karine Giebel 2
De force, de Karine Giebel, éd. Belfond

Résumé :

Par une chaude soirée d’été, Maud jeune femme de vingt-et-un ans qui se promène sur les bords de la Siagne, se fait agresser par un individu. Maud réchappe à cette agression grâce à l’intervention providentielle d’un jeune joggeur. Ce jeune homme s’appelle Luc et se trouve être garde du corps. Le père de Maud, Armand Reynier, riche chirurgien de renom, décide alors d’embaucher Luc afin de veiller à la sécurité de sa fille. Car si Maud ignore l’identité de l’individu qui l’a molestée, lui semble parfaitement la connaître. Pour être au plus près de Maud et la protéger au mieux, Reynier demande à Luc de s’installer chez eux dans une dépendance. S’en suit alors pour Maud, son père, sa belle-mère, Luc et les employés de maison une cohabitation qui permettra de percer à jour les secrets de chacun. La réception de lettres de menace signe le commencement d’une course contre la montre pour déjouer le plan machiavélique qui se dessine.

Le danger vient-il de l’extérieur ?

Avis :

Karine Giebel frappe fort puisqu’elle réussit à nous désarçonner dès le début avec un prologue qui nous plonge dans l’incompréhension la plus totale. C’est d’ailleurs des extraits de ce prologue qui ont été choisis comme quatrième de couverture. S’en suivent des chapitres courts, une écriture nerveuse qui induisent un rythme soutenu qui ne laisse place à aucun temps mort.

Karine Giebel nous entraîne cette fois dans un huis clos. Telle une Agatha Christie des temps modernes, Giebel nous suggère que tel ou tel protagoniste pourrait très bien être le coupable, chacun semblant avoir un secret à dissimuler. Peu de personnages ici mais dont la psychologie est de ce fait très approfondie. Un panel de personnages dont la description poussée sert beaucoup ce thriller. Maud tout d’abord, qui sous ses airs de petite fille choyée à l’extrême, dissimule une jeune femme fragile dont la vie a été bâtie sur un château de cartes. Armand Reynier, son père, éminent chirurgien arrogant et peu scrupuleux, qui aime sa fille déraisonnablement. Sa seconde épouse, Charlotte, jeune quadragénaire frivole, qui consciente du peu d’amour que son mari lui porte, ne reste que parce qu’elle en est dépendante. Luc, charmant jeune homme dont la force physique dissimule la détresse. Amanda et Sébastien, les employés de maison qui semblent eux aussi dissimuler quelques secrets. Un dénominateur commun à tous ces personnages, une vie faite de non-dits.

Karine Giebel a la capacité de jouer avec les nerfs de ses lecteurs, faisant monter un suspense palpable à chaque instant qui va crescendo jusqu’à atteindre son paroxysme.

La vérité nous sera divulguée au fur et à mesure des cinquante dernières pages. Seul petit reproche que je pourrais faire à ce nouvel ouvrage, une fin que j’avais devinée dans ses grandes lignes, certaines théories que j’avais échafaudées s’étant révélées justes ou partiellement justes.

Si ce n’est ce petit détail, j’ai retrouvé dans ce nouveau thriller la Karine Giebel que j’avais énormément appréciée dans « Juste une ombre » avec ce sentiment d’oppression et d’immersion sans tomber dans la violence outrancière comme ce fut le cas dans « Purgatoire des innocents » qui m’avait laissé un goût amer.

Un véritable « page-tuner » signé d’une main de maître.

Publicités

2 commentaires

  1. Voilà quelques temps que je vois des ouvrages de cette auteure dans les groupes de lecture mais ta chronique achève de me convaincre : je dois lire Karine Giebel absolument ! Merci pour cette chronique. Par lequel me conseilles-tu de commencer ? Belle journée et belles lectures !

    J'aime

    1. Je suis ravie que ma chronique t’ait plu. « De force » est un excellent livre de Karine Giebel mais j’aurais tendance à te conseiller de commencer par l’un de ces deux autres livres que j’ai énormément aimés: « Jusqu’à ce que la mort nous unisse  » qui m’a particulièrement plu de par ses personnages, son atmosphère et sa fin ou bien « Juste une ombre » qui est un thriller psychologique très immersif et oppressant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s