Coup de cœur lecture – « Le temps est assassin » de Michel Bussi

Vous le découvrirez assez vite, je suis férue de lecture et plus particulièrement de thrillers et de polars. Si enfant, j’exécrais (non le terme n’est pas trop fort !) la lecture, qui constituait pour moi un réel fardeau, je suis tombée amoureuse des livres à l’adolescence avec la découverte de la saga Harry Potter. J’ai par la suite découvert le genre policier et les thrillers qui m’ont rendue accro à la lecture. Mon cercle de lecture s’est depuis élargi mais je reviens toujours à ce genre qui a la capacité de me happer littéralement. Lire est devenu pour moi une nécessité puisque je ne passe quasiment pas un jour sans avoir un livre entre les mains.

C’est donc vous l’aurez compris avec un thriller et pas des moindres, puisqu’il s’agit du dernier thriller de Michel Bussi (l’un de mes auteurs français de thrillers préférés) intitulé « Le temps est assassin » que j’ai décidé d’inaugurer mon blog.

Photo Le temps est assassin Bussi
Le temps est assassin, de Michel Bussi, éd. Presses de la Cité

Mais avant de vous donner mon avis sur ma dernière lecture (mon dernier coup de coeur), laissez-moi vous en présenter un petit résumé.

Résumé:

Eté 1989 en Corse, sur la presqu’île de la Revelatta aux portes de Calvi. Comme chaque été, Clotilde 15 ans passe ses vacances avec ses parents et son frère aîné dans ce joli coin de paradis possédé en quasi-totalité par son grand-père paternel. Le destin de Clotilde bascule le 23 août de cet été 1989 lorsque sur une route sinueuse la voiture à bord de laquelle ses parents, son frère et elle-même se trouvent tombe dans le vide. Clotilde est la seule survivante de ce terrible accident.

On se retrouve propulsé 27 ans plus tard en août de l’été 2016. Clotilde qui n’est jamais retournée sur la presqu’île depuis ce mois d’août fatidique, décide d’y emmener son mari et sa fille âgée de 15 ans. Un voyage, deux motivations différentes, pèlerinage pour Clotilde, vacances au soleil pour son mari et sa fille. Alors qu’elle séjourne avec sa famille au camping des Euproctes où elle passait jadis ses vacances, Clotilde reçoit une lettre signée de sa mère. Sa mère aurait-elle survécu à l’accident alors qu’elle a elle-même été témoin de sa mort ? S’agit-il simplement d’une très mauvaise plaisanterie ?

Commence alors pour Clotilde une course effrénée contre la montre pour tenter d’élucider le mystère de la disparition de sa famille. La présence de Clotilde sur l’île n’est pas appréciée de tous et c’est seule qu’elle devra faire face à l’omerta imposée.

Maintenant assez résumé, je vous livre mon avis.

Avis: 

Comme chaque année et ce depuis que Nymphéas noirs m’est tombé entre les mains, je me réjouis de retrouver la plume de Michel Bussi. C’est donc avec un plaisir évident que j’ai commencé et dévoré son nouveau roman intitulé « Le temps est assassin ».

On retrouve l’écriture à la fois fluide et soutenue de Bussi.

Michel Bussi réussit comme à son habitude avec brio à nous mener par le bout du nez tirant les ficelles d’une main de maître et à maintient un suspense du début à la fin.

J’ai tout particulièrement apprécié l’alternance choisie par Bussi entre passé (1989) et présent (2016) à chaque chapitre qui confère à ce roman un rythme dense qui ne laisse pas place à l’ennui.

Cette alternance se fait sur la base de la lecture faite par quelqu’un dont on ignore l’identité et qui se retrouve en possession d’un cahier tenu l’été 1989 par une Clotilde adolescente quelque peu en marge dans lequel elle retranscrit ses émois mais aussi ses observations de la vie de la bande d’adolescents dont fait partie son frère mais aussi de celle des adultes. Ce choix permet d’aboutir à une imbrication entre passé et présent avec une distillation efficace des indices.

On s’attache rapidement aux personnages qui sont dépeints avec finesse.

L’attrait de Michel Bussi pour la géographie se révèle à nouveau comme ce fut le cas dans son roman « Ne lâche pas ma main » dont la trame se déroule sur l’Ile de la Réunion (N.B.: En sus de sa qualité d’auteur de romans, Michel Bussi est professeur de géographie à l’université de Rouen). Dans « Le temps est assassin » on se retrouve plongé sur la presqu’île de la Revellata, promontoire rocheux pourvu de routes sinueuses et aux paysages escarpés dont la description sert beaucoup l’intrigue. La description de ces paysages tortueux et paradisiaques à la fois est pour beaucoup dans ce sentiment d’immersion que l’on ressent.

Les indices disséminés ça et là par Bussi tout au long de ce roman nous permettent d’échafauder des théories, lesquelles sont anéanties à chaque rebondissement pour nous offrir à la fin un dénouement improbable.

Je mettrai tout de même un petit bémol car si j’ai trouvé la fin très bien amenée et très aboutie, je regrette néanmoins qu’elle soit quelque peu alambiquée faisant perdre un peu de crédibilité à l’histoire à mon sens.

Il n’en demeure pas moins que ce nouveau Bussi est très addictif et m’a fait passer un excellent moment de lecture.

J’espère que mon article vous aura donné envie de découvrir ce livre ainsi que Michel Bussi pour ceux qui n’ont pas encore eu le plaisir de découvrir cet auteur de talent.

Pour ceux qui parmi vous ont déjà lu « Le temps est assassin », qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s